"La station thermale" - Roman d'affaires

19-07-2019

Mêler vision et logique stimule l’innovation. La partie consacrée à « La Celle-les-Eaux » du roman « Les hommes de bonne volonté » de Jules Romain a été condensée en deux pages résumant l’investissement. Tout y est pour pouvoir établir les comptes prévisionnels de l’affaire. Et surtout, s’y retrouve l’esprit d’entreprise du promoteur, Haverkamp.


Il (Haverkamp) commença par retracer les origines de l’affaire. Il ne présentait pas sa découverte de la Celle-les-Eaux comme tout à fait fortuite, mais comme le résultat de recherches méthodiques que son agence poursuivait dans la région parisienne. Il avait été frappé d’apprendre qu’il existait à la Celle-les-Eaux une source minérale. Il avait tenu à savoir pourquoi la destinée de cette source était restée si obscure, surtout à cette heureuse distance de Paris - ni trop près, ni trop loin. Il était entré immédiatement en relation avec les propriétaires de la source. Outre la bâtisse et les piteuses installations, le domaine de la source comportait trois hectares et demi de terrain. Haverkamp avait réussi non seulement à faire dire à ces gens qu’à l’occasion ils seraient vendeurs ; mais à leur arracher un prix : cent mille francs pour le tout ; et même avec une option, sans bourse délier.

- Donc, messieurs, nous avons la source. J’ai pensé que ce n’était pas suffisant…

(texte complet disponible pour se préparer au BUSINESS GAME « RESULTAT »